RENCONTRE AVEC CHRIST KIBELOH, JEUNE FOOTBALLEUR DEVENU ÉCRIVAIN.

Le jeune écrivain congolais de 24 ans, Christ Kibeloh vient de publier, aux Éditions Le Lys Bleu, son quatrième ouvrage, titré “une vie d’enfer”.

Une occasion pour faire un come back sur son parcours.

Christ Kibeloh, était destiné à une carrière dans le monde du ballon rond et rêvait sans cesse de devenir footballeur professionnel. Nous sommes allés dans la ville de Bergerac, à la rencontre de Christ Kibeloh, l’ancien espoir du football Congolais.

Son enfance, son parcours dans le football, sa nouvelle passion pour la littérature, le jeune écrivain nous livre tout dans un entretien exclusif.

Un gros zoom sur sa vie pour comprendre qui est réellement Christ Kibeloh.

Né le 19 juin 1995 à Brazzaville au Congo, il a vécu à Ouenzé avec sa famille avant de partir pour Moukondo son nouveau quartier où il débute dans le petit club du quartier Bayern de Nkounka, à 12 ans en 2007. Entouré de ses amis passionnés de football et tous ambitieux de porter un jour le maillot de l’Équipe nationale et faire carrière en Europe. Christ s’entraîne d’arrache-pied pour réaliser son rêve. Malheureusement au Congo les dénicheurs de talents sont rares, le football n’est pas assez développé. Il réalise la suite de son parcours en France junior au FC BA (Bassin d’Arcachon football club) où il arrive en 2011.

Le jeune Congolais découvre alors un nouveau football beaucoup plus discipliné et tactique. Il tarde à confirmer les promesses placées en lui. C’est en 2014 qu’il reçoit avec surprise l’appel du sélectionneur des diables rouges du Congo U20 pour défendre les couleurs de son pays natal dans le cadre des matches éliminatoires de la CAN junior U20. Son rêve tombe à l’eau puisqu’il n’honorera pas cette première sélection à cause de ses études, il préparait son bac à cette période de l’année. Déçu d’être passé à côté de l’un de ses plus grands rêves, Christ continue à s’entraîner et à jouer en club.

C’est en 2015 que l’ancien footballeur professionnel de Nîmes Olympique Jérôme Molinier découvre l’étendue de son talent et décide de l’entraîner individuellement dans le but de le préparer d’avance aux exigences du haut niveau. La même année le jeune Kibeloh est rappelé en sélection nationale des U23 sous l’air Claude le Roy. À la fin de la sélection, le nouvel international congolais est victime d’un incident corporel qui met fin à son parcours promoteur.

C’est en février 2016 à la surprise générale que l’on retrouve son nom dans les journaux pour la publication de son premier roman « Rayane l’orphelin ». Celui qui avait pour objectif d’être le nouveau Didier Drogba a vu son destin basculer, en devenant un homme de lettre.

ENTRETIEN AVEC CHRIST

DRCPF : Salut Christ ! Du football à l’écriture. Que s’est t-il passé concrètement ?

CHRIST : Le parcours que j’ai réalisé est inattendu de ma part. Si on m’avait dit un jour que j’allais devenir un écrivain, je ne l’aurais jamais cru. Je n’aimais pas lire, enfin juste les ouvrages qu’on m’imposait à l’école. C’est en partie grâce à mon ancienne professeure de français Madame Élodie De Ridder à qui je dois ce succès. En 2015 je me blesse gravement. Mon rêve prend fin, j’étais très en colère au point où je ne travaillais plus en classe. J’avais des mauvaises notes et ma moyenne n’était plus digne. Plus personne ne croyait en moi. Je sentais ma famille me lâcher. J’étais dans une période sombre, plus personne ne comptait sur moi. Mon rêve de briller au football ayant pris fin. J’étais dans le désespoir total, je me disais que ma vie n’avait plus aucun sens. Madame De Ridder a cru en moi et m’a ôté toutes pensées négatives et m’a poussé à écrire un roman pour raconter mes peines. C’est de là que tout a démarré. Je ne remercierai jamais assez cette bonne dame.

DRCPF : Vous avez quitté le Congo très jeune, à 15 ans pourquoi ce choix ?

CHRIST : Très honnêtement ce n’était pas vraiment un choix. Je devais rejoindre mon père qui m’avait quitté à mes 5 ans en 2000 pour rejoindre la France. Lorsque l’occasion s’est présenté et que le visa m’a été enfin délivré par l’ambassade de France (chose que j’attendais depuis 2004), je n’ai pas réfléchi deux fois. La France était un rêve pour moi, je voyais ce pays à travers la télé et pour moi c’était le paradis. Puis ma mère voulait que je parte pour avoir un avenir meilleur du côté de mon père. C’est donc dans ce cadre que j’ai quitté le Congo en décembre 2010 pour la France.

DRCPF : Parlez-nous de votre passion pour la littérature ?

CHRIST : la littérature est une richesse inestimable et un pouvoir dont je dispose aujourd’hui pour exprimer ma vision du monde et mes idées à travers ma plume. C’est juste incroyable de pouvoir donner vie à un personnage, de décider de son sort, de choisir son destin. Ce sont les pouvoirs que Dieu dispose dans la vie réelle. J’adore la littérature car c’est une liberté et une arme pour combattre les différences, l’injustice et surtout pour défendre des causes nobles qu’on évoque peu au quotidien. Grâce à ma plume je veux devenir un modèle pour les jeunes de mon âge et une voix qui compte lorsque je perdrai la parole.

DRCPF : Avez-vous une activité annexe en dehors de la littérature ?

CHRIST : Effectivement j’ai d’autres activités, j’occupe un poste d’assistant d’éducation dans un collège de Bergerac que je garderai anonyme. J’ai choisi cette option, car j’aimerais me faire une place dans l’enseignement, d’ici deux ans, j’aurai la possibilité de passer un concours interne pour devenir professeur. Je pense que j’ai beaucoup à apporter dans ce domaine.

DRCPF : Nous sommes à la fin de notre entretien merci pour vos réponses et votre accueil.

CHRIST: c’est moi qui vous remercie de m’avoir donner cette occasion de m’exprimer.

DRCPF

Crédits photos: Tous droits réservés.