Vie des clubs : l’ AS Otohô pose les bases de la création de son équipe B

IMG-20191201-WA0022
L’équipe championne du Congo a décidé d’investir sur le long terme, en mettant en pratique l’une des recommandations des instances supérieures du football mondial. Elle  a organisé, le 30 novembre, à Kintélé, une campagne de détection en vue de bâtir une équipe des U-20 qui prendra la relève de la première, les années à venir.

Depuis quelques années, les nouvelles dispositions voulues par la Fédération internationale de football association et la Confédération africaine de football font obligation aux clubs, dans la procédure d’octroyer des licences, à s’investir dans le programme de la formation des jeunes. Pour ces deux instnces, chaque club doit avoir des équipes U-17 et U-20.  

Le président de l’AS Otoho, Raoul Ominga, avait à cœur la volonté  de mettre en application ce projet lorsqu’il déclarait : « Nous devons faire une équipe B qui sera la pépinière de l’AS Otoho. Nous devons prendre les jeunes d’Owando, de Makoua, de Boundji, de Mossendjo, etc., qui viendront jouer  au football. Nous voulons faire une sélection nationale »,  soulignait –il.
Sous la direction du manager général, Jean Elie Ngoya, assisté de Prosper Loubelo et de Thierry Kikoulouba, la première phase du projet a débuté à Brazzaville, regroupant les jeunes dont la tranche d’âge est comprise entre 16 et 20 ans, et ceux venus d’Owando.
« Nous sommes en train d’expérimenter une nouvelle semence et il ne faut pas que la pépinière rate. Le cas échéant, nous ne pourrons pas récolter de bons fruits. Le vrai objectif c’est de mettre en place cette équipe de jeunes qui sera  la pépinière de l’AS Otoho », a précisé Thierry Kikoulouba.
Au cours de cette détection, de nombreux  jeunes ont été soumis à des tests biométriques, physiques et physiologiques. « Le test biométrique, c’est-à-dire  prendre la masse grasse à partir de laquelle nous allons détecter quel est le joueur qui peut rester sur le terrain. S’il est au-delà de 11%, on ne peut pas le retenir. Le test physique nous permet de connaître les capacités de chaque joueur et le test physiologique est effectué pour déterminer la charge interne de chacun, c’est-à- dire la VMA et la VO2max. C’est à partir de tous ces tests que nous allons sélectionner les meilleurs », a expliqué Prosper Loubelo.
Les meilleurs, issus de cette première phase, attendront l’issue de la seconde qui se fera dans la partie sud du pays  pour composer la sélection de l’AS Otoho. La date de cette étape reste à déterminer. 
«  Il est tout à fait important pour que ces enfants soient examinés avant et après et qu’ils aient un suivi pendant le test, parce qu’une prise en charge doit être immédiate. Le plus souvent, les cas qui se posent sont des problèmes cardiologiques », a suggéré Jean Pierre Elenga, le directeur du centre médico-sportif.
ADIAC 
Crédit Photo : AS Otohô Média 

%s