Vie des clubs : l’Etoile du Congo attend toujours son messie

En attendant de trouver la personne idéale pour assumer les fonctions du président du conseil d’administration, l’Association sportive Etoile du Congo a déjà trouvé son second, Didier Potard Mohoussa.

 

Les dirigeants de l’Etoile du Congo ont décidé de changer les choses en donnant cette fois-ci tous les pouvoirs au  conseil d’administration, l’organe suprême de la direction du club. Jadis, le président général du club était élu en assemblée générale élective. Désormais, ce ne sera plus le cas puisque dans les nouveaux statuts adoptés avec amendement au cours de la session inaugurale du 2 août, le conseil d’administration devient le seul organe de direction et de gestion.

A défaut de trouver un preneur que ses dirigeants cherchent  depuis deux ans  pour assumer les fonctions du président du conseil d’administration, l’Etoile du Congo s’est contentée  de placer Didier Potard Mohoussa comme  le second.  Il doit travailler en collaboration avec le comité des sages  du club pour  trouver à l’Etoile du Congo un président, actif et disponible. « Si je suis ici c’est à défaut de rien. On a cherché depuis deux ans. Le général  Ngouélondélé était à la recherche de ce que hier on appelait le preneur. On en a pas eu…  L’Etoile du Congo est l’équipe la plus riche de ce pays mais la plus pauvre pourquoi ? c’est parce que nous ne nous aimons pas. On excite les gens de l’extérieur pour qu’on s’entretue… », a déclaré Didier Potard Mohoussa après son élection.

Sa première mission consisterait, selon lui, à mettre en place le bureau du club en attendant l’arrivée de celui qui aurait les épaules pour  diriger l’Etoile du Congo; choisir  dans un délai relativement court les membres du  bureau du club, a-t-il expliqué, relèverait  de la précipitation pour rien. « Je sollicite des présidents actuels des sections, qu’ils s’arrangent à nous envoyer les propositions définitives pour que nous prenons des décisions par rapport aux nouveaux statuts. Ce sont eux qui ont la mission d’animer et nous ne sommes que les coordonnateurs de ces sections. Je suis prêt à travailler avec qui veut revenir et occuper un poste au club. On va conjuguer des efforts pour aider l’Etoile du Congo », a dit Didier Potard Mohoussa.

Concernant l’unité des fils et filles de l’Etoile du Congo, il a précisé :  « La gestion d’une équipe dépend des hommes. Qui dit équipe, dit tout un ensemble… J’aurai souhaité que vous transmettez le message à ceux qui ne sont pas venus que nous sommes un. S’ils veulent revenir, ils sont dans leurs droits et devoirs de le faire. Nous devions enterrer la hache de guerre. »

Qualifiée pour la prochaine Coupe africaine de la confédération, l’Etoile du Congo ne bâtit plus ses stratégies, seule. La section football de l’équipe bénéficie toutefois de l’expertise de « Support concept », un cabinet conseil.  Son président Wilfrid Ngoyi Nzamba a salué les efforts des dirigeants de l’Etoile du Congo pour assurer la redynamisation du club en général et de la section football en particulier. « Nous sommes en train d’essayer de placer l’équipe sur une sorte d’orbite de croissance et de développement. L’Etoile du Congo veut se réinstaller au-devant de la scène. Nous sommes en train de vouloir essayer de changer les choses…  Commencer par la fondation en essayant de mieux structurer l’équipe avant d’aller de l’avant. Déjà le management de l’Etoile du Congo sera un peu axé dans le sens d’une organisation avec objectif- résultat », a-t-il dit. Il garantit par ailleurs à l’Etoile du Congo une préparation de qualité pour la coupe d’Afrique. « Nous sommes en train de préconiser une préparation de qualité.  L’objectif c’est de ne pas faire de la figuration au niveau africain mais plutôt d’atteindre la phase de poules », a assuré Wilfrid Ngoyi Nzamba.

ADIAC